27 juillet 2008

Interview "ROCKIN' ON JAPAN" (Partie 5/14)

 (A) Il vaut mieux que je n'en parle pas. (Rires) S'il vous plaît oubliez-moi à cette époque tout le monde. (rires)
 (S) (rires) Vous êtes-vous "égarée"?
 (A) En effet. Est-ce que c'est bien que je le dise comme ça? Hahaha. Mais en fait je ne sais pas quel mot utiliser. Je ne faisais pas des choses genre frapper ou blesser quelqu'un que je ne connaissais pas. Bien que ce soit peut-être seulement ce que je pensais.
 (S) On dirait un documentaire de la NHK (Rires). Mais dans le cas de Mlle Hamasaki, il y avait des moyens auxquels vous auriez pu faire attention. Là je parle de vos activités dans le show business.
 (A) Oui.
 (S) Et, si vous les aviez faites positivement, vous auriez pu y faire attention dans un sens très positif.
 (A) Peut-être. Mais je ne trouvais pas ça amusant. J'ai fait le boulot, pas parce que j'aimais bien, mais parce que je pouvais gagner de l'argent. Par exemple, pour gagner la même somme d'argent après la séance photo de 2 ou 3 jours, j'ai bossé au fast-food McDonald's pendant un mois en gagnant de l'argent heure par heure.
 (S) Vous semblez oublier que les enfants à cet âge-là ne peuvent pas bosser à McDonald's. (rires)
 (A) (rires) C'est vraiment ça.
 (S) La raison pour laquelle vous vouliez gagner de l'argent. Que vouliez-vous faire, que vouliez-vous, et comment souhaitiez vous vivre concrètement?
 (A) Je ne voulais rien spécialement, mais je pensais que je devais gagner ma vie moi-même.
 (S) ... Eh bien, en écoutant votre histoire, j'ai l'impression que vous avez décidé vous-même de veiller sur vous, comme vous sentiez que votre mère travaillait durement et que votre grand-mère ne pourrait pas toujours prendre soin de vous. C'est l'impression que j'ai, indépendemment du fait que votre famille était très pauvre.
 (A) Bien ... C'était peut-être parce que je n'aimais pas recevoir d'argent de poche.
 (S) Donc vous aimiez dépenser votre propre argent quand vous faisiez quelque chose.
 (A) Oui.
 (S) Avez-vous de bons souvenirs de vos années collège?
 (A) Des choses heureuses à l'école? Que? ... Humm ... Vous savez? Le bureau et les chaises des étudiants sont communément alignés dans une école. Et il y a un siège pour Banchou (le chef des délinquants juvéniles) dans une classe.
 (S) (rires) Parlez-vous du siège au fin fond de la classe près de la fenêtre?
 (A) C'est ça. (rires) Et le siège du côté opposé, au fin fond près de la porte.
 (S) Le siège facile à éviter.
 (A) Oui. Beaucoup de mes amis avaient de tels sièges, au fin fond près de la fenêtre ou près de la porte. Et comme les bâtiments de l'école se faisaient face, par exemple, la classe no.1 jusqu'à la no.6 sur ce côté et la classe no.7 jusqu'à la no.12 du côté opposé, si chacun d'entre nous avait les sièges du côté de la fenêtre par exemple, on pouvait jouer pendant les cours.
 (S) Je vois.
 (A) Et dans le cas où j'avais un siège au fin fond près de la porte, si je passais ma tête par-dessus la classe et que je faisais claquer ma langue, par exemple, beaucoup de visages d'autres classes apparaissaient. Ca me faisait marrer ce genre de truc. Hahahaha. Simple et adorable.
 (S) Donc vous aviez beaucoup d'amis à l'époque du collège.
 (A) Oui. Et qu'est-ce qu'on faisait? --- Ce que font généralement les étudiants, comme se réunir devant une épicerie (rires). Et monter à moto? Bien que Ayu pouvait seulement conduire une mobylette.
 (S) Je vois. L'évasion.
 (A) L'évasion?
 (S) Oui, en résumé, aller quelque part et se réunir.
 (A) Je vois. C'est ça. Et je me sentais plus forte, quand on se réunissait comme ça.
 (S) Mais, comment c'était? Je pense que vous restiez froide dans certaines parties de votre coeur et de votre esprit. N'aviez-vous aps le sentiment que vous ne pouviez pas vous mêler avec eux même quand vous jouiez ensemble?
 (A) Eh bien, j'ai passé mes années collège avec un sentiment d'encouragement pour l'amitié. Par exemple, quand on faisait quelque chose de mal tous ensemble, on se sentait résolument unis comme si on avait un secret en commun. Il y a eu de nombreux incidents de ce genre là à cette époque et, ouais, j'étais violente.
 (S) Je vois. Mais ça n'a pas eu pour résultat d'apporter des ennuis à votre famille?
 (A) Oui. Le fossé entre ma mère et moi s'est creusé.
 (S) Mais avant ça, n'a t-on pas essayé de vous convaincre de ne pas faire de telles choses?
 (A) Humm ... Elle semblait tout juste surprise, ou tout juste honteuse.
 (S) Honteuse de ce que pourraient penser les voisins?
 (A) Ça pourrait être une des raisons. Quand Ayu rentrait chez elle avec une jupe si courte, en disant "je suis rentrée", elle disait d'une certaine manière avec empressement, "Tu l'as empruntée à  XX-chan, n'est-ce pas?" "Non, c'est la mienne," disais-je. Et elle disait "Tu racontes encore des bêtises. Ca ne peut pas être celle d'Ayu-chan." (rires)
 (S) Il semble qu'elle n'acceptait pas la réalité.
 (A) Ahahahaha. C'est clair.
 (S) Passiez-vous vos journées ensemble à creuser un tel fossé?
 (A) Oui.
 (S) Mais mlle Hamasaki fonçait avec imprudence, non?
 (A) Peut-être. Elle me disait, "Pourquoi tu portes mes chaussures à hauts talons pour sortir?" par exemple. Ahahahahaha.
 (S) Continuiez-vous à travailler dans le show business à cette époque?
 (A) Oui. Mais je sens que mon cœur me lance un peu, rien que d'en parler. J'avais mis des vêtements élégants et j'avais l'air élégante quand j'ai fait le poster de la banque, par exemple, mais mon apparence était assez différente de celle de ma vie de tous les jours. Je me suis sentie désolée pour les gens avec qui j'avais travaillé.
 (S) Je comprends. Au fait, nous n'avons même pas encore parlé de musique.
 (A) En effet. (rires)
 (S) (rires) Et si on commençait à en parler maintenant?

Traduction anglais-français : Linoa62
Reproduction totale ou partielle interdite

Posté par Gkone à 14:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Interview "ROCKIN' ON JAPAN" (Partie 5/14)

Nouveau commentaire