31 août 2008

Interview "ROCKIN' ON JAPAN" (Partie 10/14)

 (S) Je comprends. Que devrais-je dire? Une simple interprète?
 (A) Oui. Donc je pense que j'avais complètement oublié d'apprécier la musique.
 (S) Ah, je vois. En bref, vous pensiez que vous vous teniez à la même ligne de départ qu'avant. Mais vous vouliez ravoir ce que vous aviez perdu précédemment ou, en d'autres termes, vous vouliez vous venger, non? Etait-ce un genre de bataille pour venger votre "période noire" où vous aviez fait de nombreuses choses en vain?
 (A) Je pense. J'ai pensé que ça ne se produirait qu'une fois dans ma vie, que je ne ferais plus jamais ça dans le futur. J'ai travaillé vraiment dur, j'ai vraiment oublié d'apprécier. Et choisir des vêtements importait autant que produire des sons, écrire des paroles et chanter. Et je m'en suis soudain rendue compte quand je créais mon premier album, "A Song for XX."
 (S) Quoi? Voulez-vous dire que vous avez remarqué pour la première fois à ce moment que vous aviez en vous une rancune et que vous vouliez récupérer tout ce que vous aviez perdu?
 (A) Oui. Comme je ne me rendais pas compte que je sortais des singles, et que je n'avais même pas remarqué qu'il était temps de faire un album. A ce moment j'ai eu l'impression de redevenir moi-même. 
  (S) Vous avez sorti de nombreux singles avant l'album. Travailliez-vous comme possédée par la rancune envers votre passé?
 (A) Je suppose. C'était comme si seul mon traumatisme me faisait danser ...
 (S) Je vois ... Et comment c'était? On vous regardait différemment par rapport à avant, et vous êtes venue vers le terrain où vos capacités étaient jugées, qu'elles soient encouragées ou pas. Que pensiez et ressentiez-vous à ce propos?
 (A) Je n'en avais aucune idée jusqu'à ce que je sorte l'album et j'ai eu la réponse à ce propos. Donc j'ai juste tendu la main et je n'ai rien retenu du tout. Tendre la main, tendre la main, tendre la main, tendre la main... J'ai élevé mon boulot au niveau que je pensais comme "parfait", et je l'ai donné au public, mais j'ai vraiment ignoré les résultats. Je ne savais pas à quel point Hamasaki Ayumi était reconnue alors, par exemple.
 (S) Voulez-vous dire que vous n'avez pas beaucoup confirmé, pour ainsi dire, le monde déformé? Et vous n'aviez pas le temps de le faire?
 (A) Je pense.
 (S) Ensuite vous avez sorti l'album. "A Song for XX" s'est classé premier la première semaine, si je me souviens bien?
 (A) Oui.
 (S) Tellement de sentiments réels, n'est-ce pas?
 (A) Humm, je ne savais pas trop. C'était incroyable. Vraiment pour Ayu, comment pourrais-je dire ça? J'avais l'impression qu'il ne s'était passé que 3 mois entre l'époque où je traînais à Shibuya ou Roppongi et le moment où j'ai sorti le premier album. "Bien que j'aie l'impression d'être allée en boîte jusqu'à hier, la première place dans l'Oricon?" je me sentais comme ça.
 (S) J'ai juste abordé le fait que l'album se soit placé premier dans l'Oricon, comme c'est plutôt symbolique. Mais vous aviez sorti 5 singles avant ça, qui se sont très bien placés dans les charts et qui ont été utilisés de manière variée.En d'autres termes, vos chansons étaient très écoulées à l'époque.
 (A) Oui.
 (S) N'avez-vous pas vérifié une telle situation ou interprété quelque chose dans votre esprit à ce moment?
 (A) Eh bien, pas jusqu'alors.
 (S) Evitiez-vous de penser?
 (A) Oui, comme je m'inquiétais, "Que vais-je faire, si l'on ne m'accepte pas?"
 (S) Je vois. Cette chanson, "A Song for XX", est pleine de phrases interrogatives, du début à la fin. Est-ce qu'elle était fidèle à vos vrais sentiments?
 (A) Eh bien, oui.
 (S) La réponse à un certain personnage? Eh bien, pour parler simplement, je pense que beaucoup de choses ont changé alors. Les nombreuses réactions à votre égard. Quand vous marchiez dans la rue, par exemple, je suppose qu'on vous regardait différemment. Comment l'avez-vous réalisé?
 (A) Mais en fait, je n'avais pas beaucoup de temps pour m'en rendre compte et essayer de les comprendre. Heu... Parce que après ça je continuais à sortir single après single, aussi.
 (S) Oui, c'est vrai. Et à ce moment-là, que ressentait Mlle Hamasaki à propos de la vitesse? Etait-ce ordinaire ou extraordinaire pour vous?
 (A) Eh bien, je n'ai pas de standards, dans le monde de la musique. Donc je pensais que c'était ordinaire. Je ne savais pas. Je ne regardais pas autour de moi et je ne savais bien sûr pas à quelle vitesse les autres artistes sortaient des CDs. C'est seulement plus tard que je l'ai su.
 (S) Mais ce n'était pas comme si quelqu'un vous avait dit, "La mélodie et les paroles de cette chanson sont comme-ci et comme-ça. Chante ça maintenant." Vous aviez au moins fait les paroles vous-même.
 (A) Oui.
 (S) Donc vous aussi deviez penser aux expressions. Comment y pensiez-vous?
 (A) Humm ... Mais les paroles sont ... Bien qu'on ait dit à Ayu de nombreuses choses à propos des paroles, hum, comment je pourrais dire ça? ... C'est juste dernièrement que j'ai, beaucoup ...
 (S) Que vous avez un sentiment d'accomplissement que vous arrivez bien à exprimer et sur lequel vous pouvez apposer votre marque?
 (A) C'est ça.
 (S) En fait, depuis quelle chanson?

Traduction anglais-français : Linoa62
Reproduction totale ou partielle interdite


Posté par Jolin Jeneration à 12:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Interview "ROCKIN' ON JAPAN" (Partie 10/14)

Nouveau commentaire