12 octobre 2008

Interview "ROCKIN' ON JAPAN" (Partie 12/14)

Aujourd'hui Ayu nous parle de "M" et de sa composition...


  (A) Oui. J'ai vraiment dû beaucoup m'encourager à me résoudre à sortir cet album. Mais maintenant quand je l'écoute, j'ai l'impression que j'étais très réservée. Mes goûts et ce que je veux vraiment faire ...
 (S) Quels sont-ils concrètement?
 (A) Hem, tout. La musique, les paroles, ma voix ... Parce que j'étais déconcertée. J'avais l'impression que ça avait été fait dans une grande perplexité.
 (S) Oui, c'est l'impression qu'on a de l'album. Que vous êtes déconcertée et que vous ne pouvez trouver la réponse. Et je pensais que vous aviez réglé la question d'une certaine manière en vous et que vous l'aviez fait pour créer positivement cet album. Mais ce n'était pas simple, n'est-ce pas?
 (A) Eh bien ... Non.
 (S) L'album est sorti, et les gens autour de vous ont dit qu'ils s'attendaient à d'aussi bonnes ventes.
 (A) Humm ... J'espérais plus.
 (S) Hein?
 (A) Bien que je n'aie pas beaucoup confiance en moi. (Rires) Bien que je n'aie pas beaucoup confiance en moi, je me suis dit "Hein? J'espérais plus." 
  (S) Est-ce que ça signifie que vous pensiez que l'album devait être plus compris, ou qu'il devait être consommé plus doucement?
 (A) Non. Je pensais qu'on pourrait mieux se comprendre.
 (S) Vous étiez déçue qu'Hamasaki Ayumi était plus considérée comme un phénomène que comme une chanteuse.
 (A) Oui. Et quand j'ai sorti l'album, la première chose dont on a parlé c'était que je portais un costume léopard.
 (S) Eh bien, quelle était votre intention? Etait-ce votre regard négatif sur la situation? (Rires)
 (A) On peut dire ça comme ça. Peut-être que les adultes ont regardé la pochette et qu'ils ont pensé "cette fille, encore habillée comme dans un bal costumé!" et qu'ils ne l'ont pas acheté.
 (S) Je pense que c'est le contraire. (Rires)
 (A) Hein? Que voulez-vous dire?
 (S) Je pense qu'il a été prouvé qu'il y a eu beaucoup de gens qui ont regardé la pochette et qui l'ont acheté l'esprit tranquille.
 (A) Vraiment?
 (S) Parce qu'un tel plaisir comme un costume a été un des principaux facteurs dont Mlle Hamasaki avait besoin. En d'autres termes, je pense que ça montre que votre musique ne peut surpasser l'image publique.
 (A) Ah, je vois. Je suis d'accord.
 (S) Et vous avez à nouveau broyé du noir?
 (A) Non. D'une certaine manière... Je me suis dit au contraire que je pouvais attendre le futur. Je me suis dit que je pouvais faire le prochain pas. Si "Duty" avait fait plus de ventes que ce que j'avais prévu par exemple, je n'aurais pas eu envie d'aller de l'avant.
 (S) Je vois. Etait-ce au moment où vous avez commencé à penser que vous vouliez communiquer de manière plus "proche" par le biais de la musique?
 (A) Oui.
 (S) Et vous avez commencé à vouloir composer.
 (A) Oui.
 (S) Pouvez-vous me dire comment ça a commencé jusqu'à la sortie de la chanson "M"?
 (A) Quand on fait un single, souvent le producteur écoute d'abord les mélodies. Combien y en avait-il? Peut-être 50 environ. Il en sélectionne 20 ou 30 et les passe à Ayu. Et Ayu en prend une, change des parties et décide de la composition. Mais dans ce cas, aucune mélodie ne m'avait accrochée. J'ai réalisé quelque part dans mon esprit que ce n'était pas la faute des mélodies mais que je devais le faire, je devais écrire la mélodie moi-même. Et je me suis acheté un clavier. Mais je ne savais pas très bien l'utiliser au début. J'utilise Pigeon, mais je n'arrivais pas du tout à l'utiliser et la seule chose que j'ai réussi à enregistrer c'était ma voix qui faisait "La la la ..."
 (S) (Rires) Ca semble montrer que le niveau de culture est aussi bas que dans le cas où quelqu'un a un portable avec i-mode et qu'il ne sait même pas répondre au téléphone.
 (A) (Rires) C'est vrai. Bien que c'était un sentiment très étrange, comme je savais que je l'avais écrite moi-même. Les gens dans le monde ne le savaient pas d'abord bien sûr, et beaucoup de gens de la maison de disques ne le savaient pas non plus, comme je ne l'avais dit qu'à quelques membres de confiance de l'équipe. Comme moi seule le savait, j'étais vraiment déconcertée. De plus, la mélodie me semblait soudain très amateur. Ca faisait trop pour moi. D'une certaine manière... je n'avais aucune confiance en moi, presque à ma grande surprise. J'avais été si enthousiaste en la faisant. Mais alors que j'écoutais la chanson après l'enregistrement, j'ai poussé un soupir. Je l'ai écoutée encore et encore, en me demandant "Est-ce que c'est bien?" Ca n'avait pas l'air d'une chanson. Je n'arrivais pas à l'écouter calmement comme une chanson. J'étais surexcitée d'une certaine manière et très embarrassée.
 (S) Etait-ce de la peur comme vous saviez que vous pouviez en fait commencer à faire ce que vouliez faire plus, plutôt que la peur que ça n'obtienne pas l'aval de Mlle Hamasaki, qui a un jugement cool?


Traduction anglais-français : Linoa62
Reproduction totale ou partielle interdite

Posté par Jolin Jeneration à 15:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Interview "ROCKIN' ON JAPAN" (Partie 12/14)

Nouveau commentaire